Savoir se vendre!

17 Sep

En bonne mercenaire du tertiaire, mon sacro-saint cévé est toujours ultra up-to-date sur les différentes plates-formes internet épluchées chaque jour par des hordes grouillantes de recruteurs en quête de commissions facile.

Très régulièrement contactée par ces chacals pour des postes nuls (mais qui voudrait bien bosser chez Colissimo?!) ou qui n’ont rien à voir avec la choucroute (non je ne veux pas intégrer un salon de massage thaïlandais), il arrive cependant – exceptionnellement – que des types un peu moins cons que les autres m’appellent pour me proposer des boulots corrects.

Ce fut le cas il y a quelques semaines, et de fil en aiguille j’ai envoyé bouler ma paresse légendaire pour me traîner dans le 2ème arrondissement à l’occasion d’un premier puis d’un deuxième entretien.

La rencontre avec le blanc-bec tout frais émoulu de sa Sup de Co se présentant comme « chargé RH » s’étant très bien passée, j’ai en effet eu ce privilège insensé : rencontrer en personne un des Directeurs de la boîte.

Lundi.
Soir.

direktor

Bon, j’avais traîné un mal de crâne carabiné depuis le matin, donc ma motivation à 18h30 ce lundi ne faisait pas déborder les jauges, et les sueurs froides de trac à l’idée de me retrouver face à cette sommité n’étaient pas exactement au rendez-vous lorsque je fus invitée à patienter dans le hall par une rouquine boulotte qui faisait l’accueil.

Levant la tête de ma partie de Duel Quiz au son claquant de talonnettes sur le parquet, j’ai vu un bonhomme tout bronzé, tout svelte, à la barbe parfaitement taillée, se diriger vers moi en brandissant une main bien assurée.

Les politesses d’usages échangées, je l’ai suivi dans son bureau pour entrer dans le vif du sujet.

entretien

Première phrase : « Est-ce qu’on n’est pas dans une impasse, là, avec votré cévé? »
Deuxième phrase : « Oui enfin quand même, z’avez jamais travaillé dans une banque! Je pourrai pas vendre votre profil chez un client moi! »
Troisième phrase : « Bon, là, faudra que vous acceptiez de régresser hein »
Quatrième phrase : « Vous demandez 55k!!! Mais pourquoi pas 100k tant que vous y êtes! »
Cinquième phrase : « Vous semblez trop à l’aise, trop sûre de vous. Ca me dérange. »
Dernière phrase : « Peut-être que vous aurez l’occasion de nous convaincre si nous vous appelons pour le 3ème entretien »

wtf

Donc cet espèce de taré complet m’avait convoqué un lundi soir de migraine pour que je m’excuse à genoux dans un sanglot plaintif d’avoir bien mené ma carrière et d’être pleine d’assurance et d’ambition.

Il faut donc toujours se fier aux apparences, et bien veiller à garder son outre à préjugés pleine à craquer. Les types qui ont des tronches à squatter les rayons « Développement Personnel » et « Management » de la FNAC, c’est tous des psychopathes en puissance.

Y’a pas à dire, dans la vie, y faut toujours se fier aux apparences: quand un homme a un bec de canard, des ailes de canard et des pattes de canard, c’est un canard. Et c’qui est valable pour les canards l’est aussi pour les p’tits merdeux.
Pierre Fresnay – Les vieux de la vieille

Publicités

2 Réponses to “Savoir se vendre!”

  1. ld 22 septembre 2015 à 12:17 #

    c’est assez normal. Le « chargé RH » est un recruteur, un intermédiaire un peu comme un agent immobilier. Son but est « to manage the candidate’s expectations » en lui faisant comprendre qu’il est pas si bon qu’il le croit, que le job est prestigieux et très demandé etc…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :